Hotel Viñas de Lárrede
| | |

Roadtrip jour 3 – de Lourdes au Tyrol

Aujourd’hui, nous voulions aller à Lourdes, mais au lieu de cela, nous rencontrons des vieillards colorés dans beaucoup de verre et le soir, nous nous sentons comme dans le Tyrol…

0 0 votes
Article Rating

Il en va autrement. Plus qu’on ne le pense. Nous sommes partis de la belle ville de San Sebastián sous la pluie. Nous sommes de nouveau assis dans la jeep orange Predator et nous avions envisagé de nous rendre dans le lieu de pèlerinage français de Lourdes. Parce que nous voulions passer un peu de temps dans les Pyrénées. Et avant de retourner à Barcelone le vendredi, nous voulions encore être à Huesca.

Saint-Sébastien côté rue Hôtel Villa Favorita
Notre départ sous la pluie – la façade de l’hôtel côté rue

En route pour la France

Nous nous dirigeons donc vers Lourdes. Mais la pluie continue est-elle une bonne option pour notre prochaine destination ? En Espagne, vous vous déshabituez du rituel masculin habituel en Allemagne, qui consiste à toujours consulter les prévisions météorologiques et à considérer des objets comme les stations météo comme des cadeaux de valeur. Parce qu’il fait généralement beau. Mais ici, dans les montagnes d’Espagne, le sujet nous rattrape.

En route pour l’Espagne

Ce qui devait arriver arriva. Nous faisons demi-tour peu après la frontière française et repartons vers le sud. Pour ensuite s’orienter vers l’est. A travers des paysages de haute montagne qui sont follement impressionnants. Même sous une pluie incessante. Je n’ai malheureusement pas réussi à le capturer aussi bien. Néanmoins, je ne veux pas vous priver de quelques impressions.

À un moment donné, il fera plus clair. Le ciel se déchire de temps en temps. Plus tard, sur la toute nouvelle A-21, ou Autovía del Pirineo, des formations nuageuses spectaculaires restent dans le ciel.

Autoroute et autoroute ?

En Espagne, les termes Autovía et Autopista sont d’ailleurs couramment utilisés, l’Autopista étant généralement la voie de communication la mieux aménagée, permettant des vitesses plus élevées et ressemblant davantage à l’autoroute allemande, tandis que l’Autovía est plutôt une sorte de route de campagne super aménagée. Qui peut cependant parfois s’arrêter à un feu rouge ou avoir un croisement en plein milieu. L’avantage de l’autovía est qu’il n’y a jamais de péages. En règle générale, les autovías sont identifiées par le A présenté et les autopistas par le AP.

L’A-21 est manifestement récent. Nous voyons parfois d’énormes chantiers dont le sens nous échappe au passage. Mais soudain, une immense étendue d’eau apparaît devant nous, qui sera notre compagnon de route pendant une durée incroyable (18 kilomètres pour être précis). Je découvre plus tard qu’il s’agit du barrage de Yesa, qui retient le fleuve Aragon pour former un lac d’une superficie de 2089 hectares.

18 kilomètres de lac de barrage

Le barrage de 74 mètres de haut, achevé en 1959, résiste à la pression d’un lac de retenue pouvant atteindre 18 kilomètres à son point le plus long. Si quelque chose devait mal tourner, un gigantesque raz-de-marée se déverserait sur Yesa et certainement sur d’autres localités, avec des dégâts inimaginables.

Restaurant Sarbil à Jatetxea

Ma grande avait trouvé un bon endroit pour notre déjeuner : Le restaurant Sarbil, dans une localité au nom imprononçable, Jatetxea. Nous empruntons donc des routes plus petites jusqu’à cet endroit et trouvons le seul bâtiment moderne que nous ayons vu ces 30 dernières minutes : Notre restaurant. Je suis enthousiasmé par le choix et nous marchons à l’intérieur.

Restaurant Sarbil : coloré et transparent

A l’intérieur, c’est un peu bizarre. D’un côté, super moderne. Une vue incroyable dans trois des quatre directions possibles. Mais en même temps, elle ressemble à une pinte espagnole typique de village. Avec des hommes majoritairement âgés, sauf qu’ici, ils sont vêtus de vêtements fonctionnels de couleur signal. J’appelle ça « Bauhaus rencontre Pinte ».

Au restaurant Sarbil, la carte est numérique. Je m’offre un verre de vin blanc, il vient du vignoble d’en face. Un chardonnay que j’aime bien. En guise d’entrée, je reçois une assiette d’œufs brouillés aux champignons des bois. Les champignons sont un peu aqueux, les œufs brouillés ont bon goût. Il en va de même pour l’entrecôte en plat principal : la viande est vraiment bonne, il aurait fallu donner un peu plus de temps aux frites pour qu’elles soient plus croustillantes. L’arroz de ma grande et le magret de canard étaient tous deux corrects, mais plus comme une pinte de village que comme un Bauhaus.

Mais comme cela se reflète également dans l’addition, le restaurant Sarbil était un très bon choix pour passer un bon moment pendant la traversée. Et vraiment à recommander si vous passez dans le coin !

Pendant que nous sommes assis pour manger, je trouve cette fois un hôtel. Il ressemble à un chalet tyrolien typique. Décorations en bois. Les guirlandes lumineuses. Grands balcons sur toute la largeur de la maison. Et cela en Espagne. Je trouve ça méga bizarre, alors nous réservons deux chambres et reprenons la route.

En route pour le Tyrol

Nous roulons encore une heure et demie de manière détendue, puis nous arrivons à l’hôtel Viñas de Lárrede. Comme s’il avait été extrait au Tyrol. Et reconstruit ici, en Espagne. Plus tard, je vois que le travail du bois semble avoir été appris par les menuisiers. Quelques endroits sont en quelque sorte mal travaillés, en partie réparés avec du kit. D’autres sont parfaits. Il s’agissait probablement d’une « formation sur le tas » et les carpinteros espagnols devaient d’abord découvrir les étapes de travail spécifiques au Tyrol ?

Nous sommes accueillis avec une gentillesse incroyable. Nous entamons la conversation et entendons dire que la région est un endroit de rêve pour les vététistes. Et qu’on pourrait louer des VTT électriques. Et on reçoit une petite pile de papier avec des propositions de visites. Nous décidons alors de passer une nuit de plus (prix de la chambre : près de 200 euros) et de faire un tour à vélo dans les montagnes le lendemain.

En principe, le prix des chambres de l’hôtel Viñas de Lárrede est relativement bon marché pour leur qualité. Comme je l’apprendrai plus tard en discutant avec différents habitants, ce n’est tout simplement pas encore la saison en juin. Les mois de juillet et d’août seraient très animés, tout comme l’hiver. Nous profitons toutefois de la relative vacuité des lieux et de la nature par un temps magnifique. En hiver, le ski de fond, le motoneige et le traîneau à chiens sont les sports de prédilection, les pentes détruites par les remontées mécaniques sont quasiment inexistantes ici.

Le dîner à l’hôtel est tout à fait correct. Certains sont très bons, d’autres vraiment médiocres. Le service est super sympa. Mais la nourriture résumée de manière à ce qu’un client de l’hôtel puisse en manger avec satisfaction. Mais ce n’est pas pour cela que j’irais à l’hôtel Viñas de Lárrede. C’est pourquoi je nous épargne un long discours à ce sujet et préfère terminer la journée par quelques photos spectaculaires du coucher de soleil, que l’on peut prendre depuis la terrasse du restaurant.

Dans cette optique, je vous souhaite une bonne nuit !

Arnd

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires