Tag 3 Genua Chiari
| |

Jour 3 – A la recherche … à la recherche du croissant ?

En France, il n’y a que le croissant. C’est un croissant, point final. Il n’y a pas non plus de croissant au chocolat en France, car c’est un « pain au chocolat ». Et non, ce n’est pas un croissant ! L’aspect et le goût sont différents.

0 0 votes
Article Rating

En France, il n’y a que le croissant. C’est un croissant, point final. Il n’y a pas non plus de croissant au chocolat en France, car c’est un « pain au chocolat ». Et non, ce n’est pas un croissant ! L’aspect et le goût sont différents.

En fait, le titre convient bien, nous étions toute la journée et même le soir toujours à la recherche. Après la confiture, les lunes, les parkings, les hôtels …

Tag 3 Genua Frühstück Croissant
Un petit café à recommander

Bien reposés, nous demandons à Veronica où nous pouvons prendre le petit-déjeuner. Elle nous recommande un petit café au coin de la rue, le Crociani. J’adore la cuisine française et son raffinement. Et l’italienne pour sa façon de créer des moments de bonheur avec peu d’ingrédients et beaucoup de cœur et de passion pour la qualité des produits bruts.

Mais s’il vous plaît, mes chers amis italiens : que faites-vous au Saint Graal du petit-déjeuner français ? Que faites-vous de ce merveilleux croissant ?

Croissant en France !

En France, il n’y a que le croissant. C’est un croissant, point final. Il n’y a pas non plus de croissant au chocolat en France, car c’est un « pain au chocolat ». Et non, ce n’est pas un croissant ! L’aspect et le goût sont différents.

Donc, en résumé : Le croissant est un bien culturel de haut niveau en France. Et pour moi aussi. C’est pourquoi ce que je vis depuis ces quelques jours en Italie me fait mal. Dans un pays dont j’aime aussi la cuisine.

Croissant en Italie ?!

L’interprétation italienne du croissant a un petit côté « Manta-Manta » : mettons quelques spoilers. Plus haut, plus bas, plus loin … L’essentiel est que les valeurs intrinsèques du croissant, son aération à l’intérieur, son croustillant à l’extérieur, son goût frais et beurré, soient détruites à jamais.

L’enrobage d’une couche gluante et sucrée semble être absolument essentiel. Je dis juste : qu’est-ce que ça veut dire ? Les Français ne mettent pas d’herbes de Provence sur leur tiramisu !

Et ce n’est pas tout : la diversité des variantes dans le rayon des croissants du boulanger italien est quasiment inépuisable. Tout ce qui n’est pas cloué est cuit. L’essentiel est qu’il soit si doux qu’aucun autre arôme ne puisse survivre ! Et bien sûr, il faut que ça colle … Je voulais de la confiture avec mon croissant. Il n’y en a pas. Mais cuit dans le croissant. Cela existe, bien sûr. Parce que les confitures deviennent merveilleusement collantes lorsqu’elles sont cuites. Ou quelle est la raison ?

Mais ce matin, tout ce que j’ai enduré jusqu’à présent a été surpassé.

Jour 3 Gênes Petit-déjeuner Croissant au charbon ?
Qu’est-ce que ça veut dire ?

Un croissant au charbon de bois. Et bien sûr, même cet exemplaire a été « affiné » avec du sirop de sucre … Je vais laisser cela sans commentaire. Parce que je suis sans voix !

Après avoir nettoyé nos mains des résidus collants, nous avons sorti la voiture du garage et nous sommes partis pour une nouvelle étape vers l’ouest. Finale Liguri était prévue. Nous ne le connaissions ni l’un ni l’autre. Mais tous deux avaient déjà entendu ce nom. Excellente raison, s’applique aussi à Castrop-Rauxel, je sais … Mais Finale Liguri est plus proche, à moins de 500 kilomètres.

Sur le chemin, on ressent l’écart de prospérité entre le nord et le sud. Les autoroutes sont pires, sans parler des routes. Les couleurs sont plus ternes, les maisons semblent moins bien entretenues.

À Chiavari, il y a à manger

Quand nous avons faim, nous sortons à Chiavari. Une petite station balnéaire au bord de la mer qui, bien sûr, ne déborde pas vraiment de touristes en ce moment. J’avais choisi le 3 Farinas sur Tripadvisor, il devait y avoir des pinsas, un type de pizza dont la pâte m’avait déjà enthousiasmé à Alcudia, où je l’avais mangée pour la première fois.

Jour 3 Gênes Chiari Croissant
Quelqu’un comprend-il le sens de ce panneau ?

Nous descendons la promenade du bord de mer. Et ne trouvent pas le local. Constatent qu’il est mal épinglé dans Maps. En effet, il est en deuxième ligne. Il est également faux de dire qu’elle est ouverte. C’est fermé. Comme la plupart des autres restaurants. Tout le reste, ce sont des bars qui ne proposent alors que des paninis cuits au grille-pain.

Jour 3 Gênes Chiari
Ce n’est pas vraiment beau ici … mais il faut se plaindre …

Nous optons donc pour un « All-You-Can-Eat » asiatique. Nous avons toujours voulu essayer. Nous n’y sommes jamais allés. Et où peut-on trouver cela ailleurs en première ligne de mer ?

Jour 3 Gênes Chiari
All you can eat en japonais

La charmante serveuse nous explique le concept du Yugo. Nous recevons un papier sur lequel nous pouvons inscrire 5 produits de la carte chacun. Qui seront ensuite commandés. Et quand nous les aurons tous mangés, nous pourrons à nouveau commander cinq produits. Curieusement, cela s’applique par table et me fait brièvement penser à « quitter » Josh pour le déjeuner et à ouvrir ma propre table.

Jour 3 Gênes Chiari
Cette note est le tout du All-You-Can-Eat

La première commande prend une éternité. Je me plains deux fois. Les gyosas sont ensuite servis et on m’explique qu’il faut 20 minutes ou plus pour les cuire à la vapeur. Hmm … Peut-être y a-t-il des différences régionales dans la cuisine japonaise ;)

Nouvelle liste, nouvelle chance. Cette fois, je ne peux pas commander une assiette parce qu’elle n’a pas de soleil. Pardon ? Et les gyosas sont maintenant vraiment les derniers, c’est tout ce que nous aurons … Oha. La carte permet de clarifier la question du soleil. Nous avons le « Sonnen » – All-you-can-eat, qui est valable pour 13,95 euros pendant la journée. Et ne contient justement que les produits à côté desquels un soleil est représenté. Et pas de lune, car elle représente le produit du dîner. Assez juste, nous comprenons ! Seul le cas des gyosas reste douteux. Mais sans importance, car cela suffit effectivement.

Nous essayons encore quelques variantes de sushis, je mange un poulet épicé au chili. Ce qui est amusant ici, c’est que le riz commandé en accompagnement sort immédiatement de la cuisine. Et sert ensuite à refroidir avec succès le poulet au chili servi 15 minutes plus tard. Les gyosas, qui ne sont apparemment pas cuits à la vapeur de manière aussi élaborée cette fois-ci, arrivent au bout de 7 minutes. Le sushi est étonnamment riche en contenu de qualité, mais il est ensuite un peu tiré vers le bas par une sauce cocktail et un autre sushi par un topping crémeux.

Tous les produits sont tout à fait corrects. Pas de révélation. Mais pour l’argent et la situation, c’est tout à fait correct !

Gênes et les parkings des hôtels

Nous continuons vers Gênes, ce n’est plus qu’une demi-heure. Je réserve rapidement un hôtel dans la vieille ville. Notre belle-mère nous a conseillé la vieille ville, mais elle nous a fait remarquer que les expériences pratiques remontaient à quelques décennies. Nous optons pour le Palazzo Grillo. Bien sûr, je veille à nouveau à ce que l’hôtel dispose d’un parking. Un must absolu, surtout pour les hôtels de la vieille ville !

Nous nous perdons une fois de plus à l’arrivée, ce qui nous coûte – comme toujours – 8 minutes. Et nous obtenons au deuxième essai la bonne route secondaire, qui tourne ensuite sous la route surélevée qui traverse Gênes sur la côte, en direction de la vieille ville. Il nous semble difficile d’atteindre l’hôtel, car les échafaudages rétrécissent tellement la ruelle que nous ne pouvons pas y entrer avec une voiture. A part le panneau « Passage interdit », que nous aurions probablement ignoré …

Donc à nouveau 8 minutes pour arriver sur le parking de l’aquarium, qui se trouve simplement de l’autre côté de la rue. Là, un commerçant sénégalais cherche apparemment mon amitié, mais ne veut pas, à la fin, me laisser le bracelet d’amitié déjà mis en place sans payer. Cela met à l’épreuve notre amitié nouvellement acquise. Bref, en route pour l’hôtel. Les bagages sur la bosse. Nous ne le trouvons pas vraiment. Heureusement qu’on n’a pas essayé la voiture. Les escaliers et les ruelles vraiment étroites nous auraient arrêtés. Et le retour en arrière n’aurait pas été nécessaire …

Sur le chemin, nous passons devant une grande variété de dames qui offrent des services très proches du corps. Et nous voyons encore quelques messieurs dont on ne peut que deviner les services, sans vouloir les connaître. On se demande ce que j’ai réservé. Mais soudain, la dernière ruelle sombre s’ouvre sur une jolie petite place et nous nous retrouvons devant la magnifique façade de notre hôtel.

La suite avec Gênes dans la deuxième partie, maintenant je vais dormir un peu !

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires